association lorrafrique
accueil association nos actions nos actualités Nos partenaires
 

 

 

 
 
Vous êtes ici : Accueil > Nos actions > Philosophie

L’association LorrAfrique a pu constater, dès son premier déplacement au Burkina-Faso  octobre et novembre 2005, que certains équipements précédemment mis en place par des associations de solidarité internationale tombaient en désuétude, faute d’appropriation et de responsabilisation des populations bénéficiaires. Ainsi, certains forages de Sakou étaient « gâtés » (hors d’usage), et comme la question de la propriété et de la responsabilité de l’équipement n’avait jamais été réglée, personne n’a pris en charge leur réparation… Par ailleurs, qui aurait eu les moyens financiers suffisants pour pouvoir l’effectuer ?
LorrAfrique a donc pris conscience qu’il ne fallait pas intervenir comme simple financeur des projets, mais qu’elle devait développer un véritable partenariat avec les acteurs locaux, dans un but d’autonomie et de pérennité. Cela se traduit par trois axes principaux :

  • Des actions de formation pour chaque projet. La formation est la « pierre angulaire » des actions que mène LorrAfrique. Contrairement à la construction des bâtiments ou à la mise en place des équipements, « elle ne se voit pas ». Toutefois c’est elle qui permet d’assurer l’objectif d’autonomie de Zood Nooma. Ainsi, en recevant des formations techniques (moulins), artisanales (teinture) ou de gestion, les femmes de Sakou pourront gérer seules leurs activités, sans être dépendantes d’une association européenne.
     
  • La responsabilisation des populations locales. A travers des moyens simples mais efficaces, comme les cahiers de gestion, dont les scans sont transmis à LorrAfrique via Bernadette, les bénéficiaires des projets sont responsabilisés et s’attachent au bon fonctionnement des équipements mis en place. Le financement d’une partie des équipements par Zood Nooma, même minime (5 à 20%), va dans le même sens. Cette participation financière n’est bien entendue pas versée par les femmes elles-mêmes, mais issue des recettes que leur association génère : farine moulue, tissus teints, beignets… Pour finir, Zood Nooma possède la pleine propriété des deux équipements, cela a même été écrit en toutes lettres sur des panneaux accrochés aux bâtiments lors de cérémonies où les deux associations et Bernadette ont pris part.
     
  • La cohésion entre les différentes communautés du village. Zood Nooma regroupe plus de 200 femmes, issues de toutes les communautés de Sakou : catholique, protestante, animiste, musulmane, peule… Les projets permettent entre autres de fédérer les communautés. Ainsi, après la mise en place des moulins, LorrAfrique a rencontré les Peuls, que nous n’avions pas vus lors du premier déplacement : en tant qu’utilisateurs des moulins, les Peuls s’étaient rapprochés des autres communautés. Par ailleurs, les femmes de Sakou ont-elles-même développé des initiatives remarquables comme le roulement quotidien auprès du moulin : cela permet aux femmes de toutes les communautés d’être impliquées concrètement dans le projet.

               
      

 

 
plan du site Mentions légales Presse Nous contacter